Handicap : une étude sur l'orientation et l'insertion professionnelle

Publication : 2 mai 2022

Une étude récente sur l’orientation scolaire et l’accès à l’emploi des jeunes en situation de handicap explore les tendances et les facteurs impactant les choix des étudiants.

Un besoin de proximité

Cette enquête en miroir, réalisée par l’Ifop pour l’association Tremplin Handicap, a été menée auprès d’un échantillon de 503 répondants, représentatif de la population française âgée de 15 à 30 ans. L’échantillon de jeunes en situation de handicap est composé de 213 jeunes. Elle montre que l’orientation scolaire et l’insertion professionnelle sont une grande inquiétude pour les jeunes en situation de handicap (50 % contre 33 % dans l’échantillon témoin). Plusieurs éléments impactent leur choix : le lieu de résidence et l’incompatibilité des conditions des études avec le handicap. 36 % considèrent que le lieu de résidence a beaucoup influencé leur choix. 51 % des enquêtés jugent déterminante la localisation géographique de l’établissement. Il s’agit du besoin d’être à proximité de sa famille.    

Concilier situation de handicap et orientation

L’incompatibilité des conditions d’études avec le handicap est la 2e raison de réorientation (36 %), derrière le manque d’intérêt pour la filière (45 %). En 3e position on trouve le manque de débouchés (30 %), l’échec aux examens (28 %), les difficultés d’intégration (24 %) et les contraintes économiques (8 %). 

Selon la même étude, 54 % des jeunes questionnés ont mis en avant la nécessité de trouver un établissement adapté à leur handicap tandis que 27 % indiquent avoir renoncé à une formation en raison de son incompatibilité avec leur handicap.

Parmi les autres causes poussant les jeunes en situation de handicap à renoncer à une orientation : le manque de confiance dans la chance de réussite. C’est la 1re raison avancée (34 % contre 18 % pour la population témoin). Pour s’informer sur l’orientation, les étudiants questionnés ont recours à Internet et leur entourage familial et amical.

Entre ambition et appréhensions personnelles

Les craintes liées à l’insertion professionnelle sont plus fortes, explique le document. Les recherches d’emploi s’avèrent encore plus ardues pour les jeunes concernés : 74 % estiment qu’elles ont été difficiles contre 49 % dans l’échantillon témoin. La peur de ne pas trouver un emploi occupe le 2e rang des craintes la plus citée avec le taux de 36 %. "Ne pas réussir ses études" avec 38 %.

La majorité des étudiants questionnés dans cette enquête pensent que trouver un stage, une alternance et un emploi est de plus en plus difficile.

S’agissant de la rémunération, les attentes des concernés se penchent plutôt sur le caractère passionnant du métier, son ouverture à la diversité et aux personnes en situation de handicap. Cependant, un quart des sondés indiquent qu’ils choisiraient en priorité un emploi avec un salaire attractif (24 % contre 50 % de l’ensemble des 15-30 ans).

À lire aussi

Sur le web

Haut de page